Hervé BORDAS

Né à Paris en 1952

vit et travaille à Venise depuis 1990

L’écriture d’Hervé Bordas suit une ligne nourrie par l’abstraction et la figuration selon une frontière indécise qu’il ne reconnait pas. Les lignes se déchirent et s’écartent, les espaces s’ouvrent à la recherche du monde et errent dans le désert des nuits. Tantôt une forêt d’arbre, des cortèges de silhouettes, successions d’instants ou de personnages, des soldats de neige, des guerriers du givre qui partent en campagne, étendards en tête, apparitions, “portraits”, plus récemment des arborescences, des embranchements qui regardent autant la respiration que les coraux ou les delta des fleuves, les flancs des montages, la fonte des neiges. Évidemment tout ce monde y figure ou n’y figure pas, c’est une question de bien y regarder. Un monde de géologie, et d’éros. Ramifications infinies, aussi bien dans les lignes de la main que dans celles de la nuit, entre les constellations. L’écart entre les étoiles et notre vie est un reflet qui se resserre sur de l’être encore ou du non existant.
La ligne seule suit son chemin, elle divise, elle suggère, ce sont nos constellations. En se formant, la ligne se ferme et s’ouvre à d’autres formes.
Il y a dans les peintures, travaillées par strates, toute une alchimie du « faire », quelques minutes, ou bien des heures, des jours ou encore des années. Il faut que la vision y soit bien fixée. Cette peinture là se situe en effet davantage du côté d’une écriture, celle de Michaux ou de Klee par exemple. Le regardeur est aussi un lecteur, on doit s’en approcher de près, et même de très près. Regarder ces peintures à la loupe ne serait pas pour me déplaire. Il faut que ça fourmille bien, que ça soit bien « habité ».

Solo Shows 

  • 2012 « Un sempre cominciamento (ou la langue de l’enclume) », Galerie Hus, Paris, France (Avec Domenico Brancale, Raffaelle Amenta et Aurelio Donato Giordano)
  • 2006 « Luce Nera », La Vetrina del fare, Salerno, Italie
  • 2003 « Canti affilati », Spazio Opera, Matera, Italie
  • 2003 « Forets-Cortèges » Catalogue avec texte de Jean-Christophe Bailly, Galerie Arenthon, Paris, France
  • 1987 Galerie Limmer, Freiburg im Breisgau, Allemagne
  • 1986 Art Cologne, Galerie Hachmeister, Munster, Allemagne
  • 1985 « Bilder und Lithographien », Volksbank Galerie, Biberach, Allemagne
  • 1984 « Bilder und Graphik » Catalogue avec textes de Gilbert Lascault, Galerie Hachmeister, Münster, Allemagne
  • 1983 « Per Modo di vestigio », Galerie du 7, Paris, France
  • 1982 « Peintures sur papier », Galerie Hachmeister, Münster, Allemagne
  • 1982 « Fragments » Catalogue avec texte de Jean-Christophe Bailly, Galerie Vivian Véteau, Paris, France
  • 1981 « Graphik », Galerie Limmer, Freiburg im Breisgau, Allemagne
  • 1980 « Physiogrammes » Catalogue avec texte de Alain Jouffroy, Galerie Le Dessin, Paris, France

Critical Article

  • 1984 Hervé Bordas, Descente, Revue Aléa
  • 1982 Pierre Cabanne, La saga d’images d’Hervé Bordas, Le Matin
  • 1982 Catherine Nadaud, Les Physiogrammes d’Hervé Bordas, Libération
  • 1980 Michel Nuridsany, Une peinture répétitive, Le Figaro, septembre
  • 1980 Jean-Marie Dunoyer, Le Monde, septembre
  • 1980 Pierre Cabanne, Une solitude créatrice, Le Matin
  • 1980 Marie Parra-Alédo, Hervé Bordas, Yomiuri, Tokyo
  • 1980 Pierre Cabanne, Les Expositions, Le Matin
  • 1979 Hervé Bordas, L’intuition irréfutable, Opus International, avril

 

Illustrated Books

  • 2019 « Florilegio Veneziano », Edizioni l’Obliquo, Brescia, Italie
  • 2018 François Bizet, « Dans le Mirador », Les Presses du réel, (avec un frontispice de Bordas)
  • 2017 Michelle Parra-Alédo, « Images Innées », Prova d’artista, Venise, Italie (100 exemplaires numérotés, les 9 premiers avec une reproduction numérique)
  • 2016 « Domenico Brancale / Hervé Bordas, « Congiungimenti », Prova d’Artista, Venise, Italie (200 exemplaires)
  • 2014 « Adnan Õzer, la forza delle lacrime », Prova d’artista, Venise, Italie (Poèmes traduits du Turc par Luis Miguel Selvelli, avec 4 dessins de Bordas)
  • 2013 Joël-Claude Meffre, « Vers les puits », Approches éditions, Fougères, France (33 exemplaires numérotés et signées avec encres originales de Bordas)
  • 2013 Andrea Longega, « Caterina », Edizioni l’Obliquo, Brescia, Italie (30 exemplaires avec une encre originale)
  • 2012 Domenico Brancale, « Cette extrémité », à la Pension Victoria, Corbières, France  (12 exemplaires de tirage de « tête de mort » numérotés et signés avec une « nature morte » de Bordas)
  • 2011 Hervé Bordas, « Portraits de Famille », Prova d’artista, Venise, Italie  (41 exemplaires nominatifs, numérotés et signés avec 10 reproductions d’encres)
  • 2006 Henri Michaux, « Il Lobo dei mostri », Edizioni l’Obliquo, Brescia, Italie (30 exemplaires avec une encre originale)
  • 2006 Domenico Brancale / Hervé Bordas, « Frantoi di luce », Mavida, Reggio Emilia, Italie (250 exemplaires. 40 exemplaires numérotés avec une lithographie originale)
  • 2003 Revue collective A’ Camasce n°3, CTL Press, Hamburg, Allemagne (300 exemplaires numérotés. Les vingt premiers avec une encre originale)
  • 2003 Domenico Brancale, « Canti Affilati », Franco Masoero, Torino, Italie
  • 1983 Jean-Christophe Bailly, « Per Modo di vestigio », Editions Copal, Paris, France (Avec 10 lithographies originales, 50 exemplaires numérotés et signés par les auteurs)
  • 1979 Alain Jouffroy, « Le Monde est un tableau », Pierre Bordas & Fils, Paris, France (Avec 11 dessins. 30 exemplaires signés par les auteurs avec une lithographie numérotée et signée)